Kokand

Kokand est situé dans l'est de l'Ouzbékistan, dans la partie sud-ouest de la vallée de Ferghana, à une altitude de 404 mètres. Les premières sources d'information sur cette région sont enregistrées par un diplomate

chinois Zhang Jian, qui était en mission diplomatique à l'ancienne Davan (vallée de Ferghana) en 138 avant J.-C.

 Dans son rapport à l'empereur de Chine, il parle des terres fertiles, des jardins luxuriants et des champs de la vallée de Ferghana. Mais surtout lui avait surpris Akhal-Teke, beau cheval, majestueux, robuste et rapide. En échange des chevaux célestes, une 1ère caravane arrive de la Chine chargée de soie, de verre, de bronze. Davan a joué un rôle de pont dans la formation des échanges commerciaux entre l'Orient et l'Occident et dans la formation de la grande Route de la Soie.

En 1571 – 1626, l'épanouissement de la culture et du développement urbain dans Konkand est lié à la domination de l'émirat de Boukhara. La nouvelle forteresse a été construite sur l'emplacement de l'ancienne forteresse d'Eski-Kourgan en 1732 et a mis les bases de Kokand moderne. Et en 1740, la ville est devenue la capitale du khanat de Kokand. Au 19ème siècle, au khanat de Kokand appartenaient des parties modernes de l'Ouzbékistan, le sud du Kazakhstan, une partie du Kirghizistan et du Tadjikistan. C'était un Etat puissant et fort. De tous les 29 dirigeants de Kokand, Khoudoyor Khan est considéré comme l'un des plus influents. En 1845, à l'âge de 12 ans il est devenu le chef de l'Etat et il a gouverné jusqu'à 1876. Khan a accordé une grande attention au développement de la ville. Par son ordre, sont construits dans la ville des mosquées, des médersas, ainsi que le palais.

Le palais de Khoudoyar Khan est l'une des principales curiosités de Kokand. A la construction du palais ont participé non seulement architectes de Kokand, mais aussi ceux de Chust, de Namangan et de Kashgar. Le bâtiment a une longueur de 138 m et une largeur de 65m. Dans le palais, il y a sept cours et 119 chambres. Une rampe spéciale de 3 mètres de hauteur mène vers la porte principale. Seulement deux cours et 19 chambres sont conservés jusqu’à nos jours.

Après l'indépendance de l'Ouzbékistan en 1991, les architectes ont restauré la façade principale du Palais. La façade est décorée des motifs géométriques et arabesques (beaux - arts). L'inscription en caractères arabes au-dessus de l'arcade mentionne le nom de Muhammad Khudoyor Khan. Le Palais démontre le style d'architecture traditionnelle de la vallée de Fergana.

Il y a beaucoup d’autres monuments à Kokand, par exemple, les médersa Norbutabaï (1799), mosquée Juma (vendredi) - construite sous le règne de Umarkhan en 1809-1822, les mausolées de Madorihan (1825) construit en l'honneur de la mère de Umarkhan et Dakhman Shakhon qui sont les exemples les plus intéressants de l'architecture islamique de Kokand.